Publié par

Un piège a frelons, pourquoi est ce necessaire ?

Pourquoi lutter contre les frelons ?

Le frelon est doté d’un dard qui inocule un venin au niveau des vaisseaux sanguins. La piqûre est assez douloureuse et peut même entraîner la mort si la personne est allergique. A l’opposé des guêpes, les frelons sont attirés par la lumière, ils peuvent donc facilement envahir votre maison par une nuit d’été.

Les frelons sont particulièrement nuisibles pour les abeilles domestiques dont ils se nourrissent, détruisant leurs nids au passage. Hormis, les abeilles, ils se nourrissent d’autres insectes, de viande mais aussi de fruits et de ce point de vue, ils sont très efficaces pour ravager n’importer quel verger dans lequel on trouve des arbres fruitiers.

Les frelons constituent donc un véritable fléau pour les apiculteurs et pour les agriculteurs d’où la necessité d’un piege à frelons pour les mettre hors d’état de nuire

L’utilisation du piège à frelons

Il existe des méthodes traditionnelles pour se débarrasser des frelons telles que la fumée, les clous de girofle ou un récipient d’eau sucrée. Toutefois, la méthode la plus radicale reste le piège .

Toutefois, la méthode la plus radicale reste le piege à frelon. Il est relativement facile à fabriquer et il peut être placé dans la maison ou en dehors. Il est meme essentiel dans un jardin fleurie, un potager, une ferme agricole et quasi d’ utilté publique pour les collectivités de nos territoires .

D’ autre part, il est possible de se créer son propre piège de manière artisanale et ludique. beaucoup d’exemples de conception sont disponibles sur le net. Leurs résultats restent variables selon leurs fabrication bien entendu !https://www.youtube.com/watch?v=FgfwxYgMqr0&feature=youtu.be

Afin de prévenir la formation de nids de frelons, il faut neutraliser la fondatrice, reconnaissable par sa taille imposante.

La technique la plus répandue est celle du piègeage . En effet, le piège consiste à déverser un liquide sucré comme du sirop dans une bouteille en plastique. Une fois entrée, la reine ne peux pas ressortir. Mais attention, cette technique capture aussi d’autres insectes pollinisateurs comme les abeilles

L’ utilisation de pièges doit donc être fait avec précaution pour éviter de nuire aux abeilles. Il est peut etre donc préférable d’ utiliser un piège et un attractif adaptés à ce que l’on veut attraper !

Publié par

Origine du frelon, d’où vient-il?

Un seul individu, une femelle originaire de Chine, serait à l’origine de la fulgurante conquête d’une partie du territoire européen par le frelon asiatique, selon les conclusions d’une étude publiée par des chercheurs français, le 24 mars dernier, dans la revue « Biological invasions ». Des résultats étonnants qui permettent de résoudre l‘énigme de la fulgurance de l’invasion de l’insecte, mais qui constituent une bien mauvaise nouvelle pour la lutte contre le Vespa velutina, véritable fléau pour l’apiculture.

Une invasion inquiétante pour l’apiculture

Le frelon asiatique est la première espèce de frelon introduite accidentellement en France. Signalé pour la première fois en 2004 dans le département du Lot-et-Garonne, cet insecte originaire d’Asie occupe désormais les deux tiers du territoire français. Il a également été repéré dans d’autres pays tel que l’Espagne, le Portugal, la Belgique, l’ Italie et l’ Allemagne. Dans les régions les plus touchées, dont le grand  Sud-Ouest, l’insecte inquiète les apiculteurs car ce prédateur d’abeilles constitue un facteur supplémentaire de déclin de leurs colonies déjà fragilisées par les parasites et les insecticides agricoles.

La preuve par l’ADN

Ce que l’on savait jusqu’à présent du frelon à pattes jaunes ou frelon asiatique, c’est qu’arrivé en France il y a plus de dix ans, il avait réussi à coloniser une grande partie du territoire métropolitain. Mais l’origine de cette invasion fulgurante, fatale pour les abeilles, intriguait et agitait depuis les chercheurs. Les scientifiques sont finalement parvenus à reconstruire l’histoire de l’introduction du frelon asiatique en France, grâce à la génétique, en comparant les caractéristiques de ces populations envahissantes à celles de populations issues de la zone d’origine du frelon asiatique.